Arcangues : un adjoint du maire célèbrera le mariage du couple homosexuel | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Arcangues : un adjoint du maire célèbrera le mariage du couple homosexuel
©

Tout est bien qui finit bien

Arcangues : un adjoint du maire célèbrera le mariage du couple homosexuel

Jean-Michel Martin et Guy Martineau-Espel, en couple depuis 1997, ont déposé officiellement leur dossier de mariage le 17 juin à la mairie d’Arcangues.

Fin de la polémique. Tout va rentrer dans l'ordre. Après près d'un mois de controverse, la ville d'Arcangues (Pyrénées-Atlantiques) devrait pouvoir retrouver un semblant de quiétude. En effet, un adjoint au maire, qui s’opposait depuis fin mai au mariage d’un couple d’hommes, a finalement accepté de célébrer leur union? C'est en tout cas ce qu'a annoncé jeudi la mairie dans un communiqué. "Après un tour de table où chacun a pu s’exprimer, un adjoint a fini par se porter volontaire pour célébrer le mariage Taubira", a indiqué la mairie dans un texte transmis à l’AFP jeudi soir à l’issue d’une réunion entre le maire (divers droite), Jean-Michel Colo, et ses adjoints. L'identité de l'adjoint volontaire n'a toutefois pas été communiquée.

Il faut dire que cela fait quelques temps que ce couple attend de pouvoir enfin s'unir. Jean-Michel Martin et Guy Martineau-Espel, en couple depuis 1997, ont déposé officiellement leur dossier de mariage le 17  juin à la mairie d’Arcangues. Fin mai, ils avaient averti le maire de cette commune de 3 000 habitants de leur projet d’union. Jean-Michel Colo, 60 ans, avait informé le 7 juin la préfecture qu’il refuserait, tant qu’il serait à la tête de sa commune, de marier des couples de même sexe. Face à ce refus de célébrer leur union, le couple avait finalement porté plainte mercredi pour discrimination auprès du procureur de la République à Bayonne contre le maire et ses adjoints qu’ils ont également assignés en référé.

S'il persistait, Jean-Michel Colo risquait, en cas de procédure judiciaire, une peine maximale de cinq ans de prison, 75 000 euros d’amende… ou jusqu'à  la révocation.

Lu sur Libération.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !