Arcangues : fin de l'ultimatum pour le maire qui refuse le mariage pour tous | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Arcangues : fin de l'ultimatum pour le maire qui refuse le mariage pour tous
©Reuters

Bien dans ses pompes

Arcangues : fin de l'ultimatum pour le maire qui refuse le mariage pour tous

Après la plainte d'un couple gay que Jean-Michel Colo refuse de marier, ce dernier a été convoqué par le sous-préfet de Bayonne, Patrick Dallenes, qui lui a demandé d'appliquer la loi de la République.

Aujourd'hui c'est la fin de l'ultimatum. Le maire d'Arcangues doit prendre sa décision : mariera ou mariera pas ? Après la plainte d'un couple gay que Jean-Michel Colo refuse de marier, ce dernier a été convoqué par le sous-préfet de Bayonne, Patrick Dallenes, qui lui a demandé d'appliquer la loi de la République. A l'issue de cet entretien, le maire a indiqué que le sous-préfet lui avait donné "un petit sursis jusqu'à jeudi", jour où il doit se réunir avec ses adjoints.

A la sortie de son entretien avec le préfet, le maire de la commune basque a confirmé qu’il ne céderait rien. Selon Sud Ouest il a lancé : « Je suis bien dans mes pompes et en phase avec ma conscience. »

Fin mai, le maire divers droite avait déjà affirmé dans Le Figaro : «J'irai jusqu'à la potence ! Je ne donne pas de leçons, je n'incite pas d'autres maires à suivre mon exemple, mais je n'appliquerai pas une loi illégitime.» 

S'il persiste, voici les options possibles pour lui :

  • Aller jusqu’à une procédure judiciaire, en bénéficiant d’un avocat : s’il choisit cette solution, alors Jean-Michel Colo sera attaquable. Et passible d’une peine maximale de cinq ans de prison, 75 000 euros d’amende… ou la révocation.
  • Accepter de déléguer son pouvoir d’officier d’État civil à deux conseillères municipales prêtes à marier le couple gay d’Arcangues. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !