Arabie saoudite : Ali Mohammed al-Nimr, un manifestant chiite de 20 ans, va être décapité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le père du jeune chiite saoudien condamné à mort a appelé mercredi le roi Salmane à épargner la vie de son fils.
Le père du jeune chiite saoudien condamné à mort a appelé mercredi le roi Salmane à épargner la vie de son fils.
©Reuters

Malgré la pression internationale

Arabie saoudite : Ali Mohammed al-Nimr, un manifestant chiite de 20 ans, va être décapité

Le condamné à mort, qui doit être exécuté ce jeudi, était mineur au moment des faits qui lui sont reprochés. Il aurait été torturé et contraint aux aveux.

Il avait 17 ans en février 2012 lorsqu'il a été arrêté. Ali Mohammed al-Nimr participait à des manifestations à Qatif, dans l'est du royaume, pendant le Printemps arabe. Accusé d'appartenir à une organisation criminelle et d'avoir attaqué la police, il doit être décapité ce jeudi, en place publique, où il sera exposé "jusqu'à pourrissement de ses chairs", rapporte Le Figaro. Le jeune homme est le neveu de Sheikh Nimr al-Nimr, un opposant chiite condamné à mort en octobre 2014, toujours dans les couloirs de la mort.

Le père du jeune chiite saoudien condamné à mort a appelé mercredi le roi Salmane à épargner la vie de son fils. "J'espère que le roi ne va pas signer" l'ordre d'exécution, a déclaré à l'AFP Mohammed al-Nimr, le père d'Ali. Le père a mis en garde contre une réaction violente des membres de la minorité chiite, qui se concentre dans l'est de l'Arabie saoudite, en cas d'exécution de son fils. "Nous ne voulons pas de ça, nous ne voulons pas d'une seule goutte de sang versé", a-t-il souligné.

Les réactions ont été nombreuses, notamment chez les responsables politiques français. Certains ont exprimé ce mercredi leur "horreur" ou leur demande d'intervention française alors que l'Arabie saoudite menace d'exécuter un jeune chiite saoudien. L'ancien ministre des Affaires européennes Bruno Le Maire a demandé dans une question écrite à Laurent Fabius "de réexaminer nos relations avec l'Arabie saoudite, de clarifier les choix stratégiques faits par ses partenaires et de réévaluer les options stratégiques de la France dans la région."

Le député Les Républicains (LR) de l'Eure "demande également d'intervenir auprès des autorités saoudiennes pour obtenir la grâce de M. Ali Mohammed al-Nimr". Le député LR Olivier Dassault, président du groupe d'amitié France-Arabie saoudite, a, lui, demandé "solennellement" dans un communiqué la "clémence" à l'Arabie saoudite. Candidat à la primaire à droite pour la présidentielle 2017 lancée par Les Républicains, comme Bruno Le Maire, Alain Juppé a tweeté : "En 2015 on va décapiter et crucifier un homme de 21 ans parce qu'il est un opposant politique! Dénonçons la barbarie d'où qu'elle vienne."

L'ancienne secrétaire d'État chargée des Affaires étrangères et des Droits de l'Homme Rama Yade s'est indignée ce mercredi sur Twitter : 

 

Lu sur FranceInfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !