Après la tuerie de Nice, François Bayrou décide d'armer sa police municipale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Après la tuerie de Nice, François Bayrou décide d'armer sa police municipale
©Reuters

Volte-face

Après la tuerie de Nice, François Bayrou décide d'armer sa police municipale

Le président du MoDem estime que les policiers doivent pouvoir "intervenir sur des situations de risques extrêmes".

Il était contre, mais ça c'était avant. Effaré par la tuerie de Nice, François Bayrou a décidé d'armer la police municipale de la ville de Pau (dont il est le maire), alors qu'il avait toujours montré de la réticence envers cette mesure. Il a fait cette annonce lors d'une conférence de presse ce vendredi après-midi.

"J'ai examiné les circonstances du drame de Nice, et avec d'autant plus d'attention que le site du boulevard des Pyrénées, sur lequel a lieu notre feu d'artifice du 14 juillet, et la promenade des Anglais de Nice se ressemblent étonnamment, jusqu'aux palmiers" a déclaré le président du MoDem.

"J'ai également examiné le rapport de l'IGPN (Inspection générale de la police nationale) et conclu que ce rapport montrait une chose significative. C'est que dans cette manifestation, les policiers nationaux et municipaux avaient exactement la même mission et avaient le même but d'arrêter le camion meurtrier, a-t-il ajouté. J'ai donc pris la décision d'armer la police municipale pour protéger les populations, notamment lorsqu'un drame comme celui-là, avec un véhicule, se produit".

"Au départ j'étais réticent. Mais le climat général et l'attentat de Nice ont montré qu'il se préparait d'autres menaces." a--t-il confié avant de relever que "les missions de la police municipale étaient jusqu'à maintenant des missions de voisinage, de lutte contre les incivilités, d'intervention dans une rixe ou face à l'alcoolémie sur la voie publique". Mais "avec ce drame de Nice, on a découvert que leurs missions allaient désormais au-delà. Il leur faut pouvoir intervenir sur des situations de risques extrêmes, en liaison bien sûr avec la police nationale", a-t-il estimé.

Lu sur La République des Pyrénées

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !