Après la polémique sur son logement social, Alexis Corbière va déménager dans les mois à venir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Après la polémique sur son logement social, Alexis Corbière va déménager dans les mois à venir
©AFP

Sous pression

Après la polémique sur son logement social, Alexis Corbière va déménager dans les mois à venir

"C'est compliqué de trouver en deux semaines, mais oui, je vais habiter dans ma circonscription" a-t-il confié à l'Obs.

Sous pression, Alexis Corbière va déménager. Selon des information de l'Obs, le bras droit de Jean-Luc Mélenchon, tout juste élu député de la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis, va quitter son logement HLM du 12e arrondissement de Paris, alors que la polémique enflait sur les réseaux sociaux.

Depuis 2003, Alexis Corbière habite en effet dans un appartement de la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP) avec Raquel Garrido, sa compagne, et leurs trois enfants. Sur RMC, le nouveau député avait souligné payer “moins cher que (dans) le privé”, détaillant : "Je touche 2.350 euros : c'est mon salaire d'enseignant (il est professeur d'histoire, ndlr). Je ne suis pas élu, je suis rentré sur critères sociaux, j'ai trois enfants". L'appartement de quatre pièces, d'une taille de 84 mètres carrés, leur est loué pour 1 240 euros par mois par la RIVP, un prix bien inférieur au marché. Une information qui avait suscité la polémique, bien que la situation n'ait rien d'illégal, comme l’a noté Libération.

"C'est compliqué de trouver en deux semaines, mais oui, je vais habiter dans ma circonscription”, a-t-il confié à l’Obs. “Est-ce que ça aura lieu dans trois, quatre ou cinq mois, je ne peux pas vous dire. Je ne sais pas si ce sera à Bagnolet ou à Montreuil, je ne sais pas si je vais acheter ou louer, et je dois aussi négocier avec mes trois enfants... Mais je tiendrai parole". Le récent député de la France insoumise avait fustigé le rôle de “l'extrême droite” ou de “proches du mouvement d'En Marche” dans les attaques “débiles” dont il avait fait l'objet.

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !