Après la polémique Morano, Nicolas Sarkozy veut éviter toute confusion avec le Front national | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Après la polémique Morano, Nicolas Sarkozy veut éviter toute confusion avec le Front national
©Reuters

Recentrage

Après la polémique Morano, Nicolas Sarkozy veut éviter toute confusion avec le Front national

A Saint-Etienne, le patron des Républicains s'est lancé dans un discours bien moins offensif qu'à l'accoutumée. La faute à la sortie de son ex-ministre.

Pour Nicolas Sarkozy, l'itinéraire vers 2017 est un véritable slalom. Habituellement très offensif sur les thématiques de l'immigration ou de l'identité nationale, le président des Républicains a été pris de court par la sortie de Nadine Morano. Une allusion à la "race blanche" qui a obligé tous les cadres du parti à se désolidariser de cette fidèle sarkozyste. Mais déjà un premier sondage Odoxa montrait que la frontière entre les idées des Républicains et celles du Front national s'estompait. Ce samedi, à Saint-Etienne, le patron de la droite a donc tenté d'apaiser les esprits, appelant chacun à "maîtriser son vocabulaire" et à se rassembler autour du projet commun.

"C'est un projet pour tous les Français, quelle que soit leur couleur de peau, quel que soit leur statut, quelle que soit leur origine, quel que soit leur âge, quel que soit leur sexe, quels que soient les choix politiques qu'ils ont faits" a-t-il lancé.

Même sur ces thématiques fétiches, il a tenté de recentrer son discours et éviter toute confusion avec le FN. Lui qui comparait les migrants en méditerranée à "une fuite d'eau" s'est dit "révulsé par la façon dont Mme Le Pen ose parler de ces êtres humains (…) Il y a entre eux et nous une conception de l'humanité, du respect de la vie qui est irréconciliable. Et peu m'importe les conséquences politiques de ce que je dis."

Il a néanmoins réitéré sa volonté de bien distinguer "les réfugiés politiques et les réfugiés de guerre syriens qui ont vocation à retourner en Syrie à la minute où la guerre est terminée." A quelques mois des élections régionales, le thème de l'immigration va jouer un rôle primordial. Et pour le moment, c'est le Front national qui semble tenir la corde : Marine Le Pen est donnée largement gagnante dans la région du Nord-Pas-de-Calais-Picardie. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !