Après la mort d'un tigre échappé dans Paris, la colère monte autour des cirques présentant des animaux sauvages | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Après la mort d'un tigre échappé dans Paris, la colère monte autour des cirques présentant des animaux sauvages
©Reuters

Drame

Après la mort d'un tigre échappé dans Paris, la colère monte autour des cirques présentant des animaux sauvages

Un tigre s'est échappé d'un cirque, vendredi, avant d'être abattu au fusil à pompe dans un square par son propriétaire, qui a été placé en garde à vue.

L'annonce a d'abord amusé les Parisiens : le trafic du tramway T1 a été interrompu, vendredi, en raison de la présence d'un tigre dans les parages. Mais l'étonnement a laissé la place à la colère, quand il a été annoncé que l'animal, qui s'était échapé du cirque Bormann-Moreno, dans le XVe arrondissement de la capitale, a été abattu par son propriétaire au niveau du pont du Garigliano.

Agé de deux ans, l'animal de 200 kilos a réussi à s'échapper à cause d'une défaillance de la sécurité de son enclos, a expliqué son propriétaire, placé en garde à vue pour "mise en danger de la vie d’autrui".

"Je me pose des questions sur l’installation de ce cirque, a réagi le maire LR du XVe arrondissement, Philippe Goujon. Je devais rencontrer le propriétaire la semaine prochaine. Ce qui m’inquiète, c’est que les conditions de sécurité aient permis à un tigre de s’échapper en plein Paris et de traverser le boulevard des Maréchaux."

L'association de défense des animaux One Voice a annoncé son intention de porter plainte et la Fondation Brigitte Bardot a appelé Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, à interdire la présence d'animaux sauvages dans les cirques. La fondation se dit "en colère contre Anne Hidalgo qui méprise, depuis des mois, nos demandes répétées de ne plus autoriser la venue de cirques avec animaux dans Paris" et assure que "c’est un miracle qu’il n’y ait pas eu de victimes humaines". 

Sur Europe 1 ce samedi, le président de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), Allain Bougrain-Dubourg, a aussi demandé à ce que la maire de Paris, Anne Hidalgo, "en finisse avec ces présentations d’animaux sauvages dans les cirques". "Faut-il attendre encore un drame ? Encore un mort peut-être pour qu’elle se prononce ? "

Treize Etats européens (Autriche, Belgique, Bulgarie, Croatie, Chypre, Grèce, Irlande, Italie, Lettonie, Malte, Pays-Bas, Roumanie, Slovénie) ont déjà interdit l’exploitation des animaux dans les cirques.

Lu dans Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !