Applications trop curieuses : après iOS, Android dans le viseur de la Cnil | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Nos applications mobiles sont toujours aussi curieuses.
Nos applications mobiles sont toujours aussi curieuses.
©Reuters

Epinglé

Applications trop curieuses : après iOS, Android dans le viseur de la Cnil

Deux applications sur trois récupèrent des données, selon une enquête publiée lundi.

Chaque année, depuis trois ans, la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés) et l'Inria (Institut national de la recherche en informatique et automatique) passent au crible le monde des smartphones. L'an dernier, l'étude Mobilitics se focalisait sur le système iOS (Apple). Cette année, c'est au tour d'Android (environ 70% du marché français).

Et les résultats ne sont pas bons : nos smartphones sont beaucoup trop curieux. D'après la Cnil, deux applications mobiles sur trois récupèrent des données personnelles à l'insu des utilisateurs. "En volume, la géolocalisation est la donnée la plus collectée", indique la Cnil. "Entre un quart et un tiers des applications accèdent à la localisation."

"Sur iOS comme sur Android, entre 50 et 60% des applications testées ont accédé à des identifiants du téléphone", ajoute le rapport. 

Lu sur France Info

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Google épinglé par la CNIL : une première historique sur le sol français dans la protection des données privéesAlerte aux applications gratuites qui servent de torche : certaines seraient en fait des mouchardsL'affaire Snowden, une rupture stratégique : ces données personnelles qui constituent la mémoire vivante de la NSADonnées personnelles : la Cnil condamne Google à 150 000 euros d'amende

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !