Appels au 115 : les femmes téléphonent de plus en plus | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Appels au 115 : les femmes téléphonent de plus en plus
©Reuters

Dure réalité

Appels au 115 : les femmes téléphonent de plus en plus

C'est ce qui ressort du baromètre de la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale, publié ce lundi dans Le Parisien.

Le Samu social est de plus en plus sollicité. Ainsi, le nombre d'appels au 115, numéro d'urgence de cet organisme, est en augmentation de 5% sur le seul mois de janvier comme l'indique le baromètre de la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (Fnars), publié ce lundi dans Le Parisien. Mais le plus frappant dans cette étude est que de plus en plus de femmes téléphonent. Ainsi, le nombre d'appels émanant de femmes isolées est en hausse de 11% par rapport au mois de décembre, un taux qui grimpe jusqu'à 24% à Paris. En comparaison, cette augmentation n'est "que" de 7% pour les hommes isolés. 

Plus précisément note le quotidien, sur le terrain, les bénévoles remarquent chaque mois un nombre plus important de femmes dans les longues files d'attente. "Je le vois depuis deux ans mais c'est encore plus fort cette année. Elles sont surtout jeunes, sans emploi. Et c'est souvent leur compagnon qui les a mises dehors", analyse pour Le Parisien Alain Lemetter responsable des Restos du cœur dans l'Orne. Et Eric Pliez, président du Samu social de Paris d'assurer de son côté : "Il manque surtout des places pour les femmes seules. La majorité des centres d'hébergement d'urgence sont destinés aux homme".

De manière générale, en janvier, 42% des demandes ont débouché sur l'attribution de places contre 39% le mois précédent. "Le taux de non réponse reste très élevé, alors même que des places supplémentaires ont été ouvertes. La demande augmente plus vite que l'offre", souligne Florent Gueguen.

lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !