Antiterrorisme : le gouvernement lance "stop-djihadisme.gouv.fr" avec une vidéo choc | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
La vidéo choc du ministère de l'Intérieur
La vidéo choc du ministère de l'Intérieur
©Capture

Plan

Antiterrorisme : le gouvernement lance "stop-djihadisme.gouv.fr" avec une vidéo choc

Trois semaines après les attentats, le gouvernement a lancé son site mardi soir. Objectif : diminuer le nombre d'embrigadements dans les filières terroristes.

Le site "www.stop-djihadisme.gouv.fr" a été lancé mardi soir. Alors que 1 200 Français sont partis l'an passé pour l'Irak ou la Syrie, le but de ce site sera de dissuader les jeunes de s'engager aux côtés de djihadistes. Pour cela, sur ce site, une vidéo choc a également été postée. Reprenant les codes des films de l'Etat islamique, la campagne tente de faire apparaître la réalité du terrain à travers un argumentaire soigné.

"Ils te disent : sacrifie toi à nos côtés, tu défendras une juste cause", "En réalité tu découvriras l'enfer sur terre et mourras seul loin de chez toi" indique une première phrase. "Ils te disent : viens fonder une famille avec un de nos héros" - "En réalité tu élèveras tes enfants dans la guerre et la terreur" dit le deuxième message.

Assassinats, décapitations, exécutions des étrangers qui veulent rentrer dans leur pays d'origine, tout est décrit dans cette vidéo de près de 2 minutes qui apparaît à chaque fois que l'on recharge la page. Tous les arguments des djihadistes sont donc démantelés un par un. 

A la fin de la vidéo, un écran noir s'affiche avec : "les discours d'embrigadement des jihadistes font chaque jour de nouvelles victimes". D'après le ministère de l'Intérieur, la vidéo souhaitée depuis de longs mois a été rapidement réalisée. 

 


#Stopdjihadisme : Ils te disent… par gouvernementFR

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !