Anne Hidalgo au plus bas dans les sondages | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Anne Hidalgo
Anne Hidalgo
©LOIC VENANCE / AFP

Présidentielle

Anne Hidalgo au plus bas dans les sondages

La campagne est devenue un chemin de croix

« Ne dites pas aux socialistes qu'Anne Hidalgo est à 3%, ils croient qu’elle va remporter la présidentielle ! » Cette plaisanterie « made in PS », empreinte d’autodérision, reflète aussi de la part de la candidate à l’Élysée et de ses troupes un « jusqu’au-boutisme » qui force l’admiration, pour les uns, l’absurde pour d’autres souligne Le Parisien.

« La campagne ? Elle est programmée jusqu’au 10 avril, date du premier tour de la présidentielle. Un éventuel débranchage ? Ça relève du fantasme ! », martèle Patrick Kanner, sénateur du Nord et proche d'Anne Hidalgo

La route qui doit mener la maire de Paris jusqu’au 10 avril prochain tient plus du chemin de croix que d’un parcours de santé. Des sondages qui la scotchent autour des 3 %, à égalité ou même parfois derrière le communiste Fabien Roussel, la concurrence de Christiane Taubira, le « coup de Trafalgar » du premier secrétaire de la fédération du Nord qui, vendredi, a claqué la porte du PS estimant que la porte-drapeau socialiste était « disqualifiée » et, désormais, des anciens élus comme Eduardo Rihan Cypel – suivi par d’autres peut-être - attirés par Emmanuel Macron ajoute Le Parisien

« Il est trop tard pour qu’Anne Hidalgo débranche, analyse Bruno Cautrès, chercheur CNRS au Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences-po. La logistique de campagne est lancée et les dépenses engagées.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !