Amiante : Martine Aubry est toujours mise en examen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Amiante : Martine Aubry est toujours mise en examen
©

Justice

Amiante : Martine Aubry est toujours mise en examen

La Cour de cassation a invalidé l'annulation de sa mise en examen.

Un arrêt de la Cour de cassation annonce ce mardi l'invalidation de l'annulation de la mise en examen de Martine Aubry dans l'affaire de l'amiante. La maire de Lille n'est pas la seule prévenue de cette affaire, huit autres personnes étant mises en examen à ses côtés. Leur situation devra être une nouvelle fois examinée par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris. Les victimes de l'amiante s'étaient pourvues contre l'annulation de la mise en examen de Martine Aubry pour "homicides et blessures involontaires" par la cour d'appel de Paris.

L'ancienne première secrétaire du Parti socialiste est poursuivie en tant que directrice des relations du travail au sein du ministère du Travail entre 1984 et 1987. Martine Aubry a été mise en examen le 6 novembre 2012, par la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy du pôle santé de Paris dans le cadre de l'enquête sur l'exposition à l'amiante de travailleurs de l'usine Ferodo-Valeo de Condé-sur-Noireau (Calvados).

"Je reste totalement sereine car, comme chacun le sait, j’ai toujours agi au regard des connaissances de l’époque, pour protéger au mieux la santé des salariés et notamment ceux exposés à l’amiante" a réagi l'ancienne ministre dans un communiqué.

Un rapport du Sénat avait pointé du doigt la "gestion défaillante" de l'amiante par l'État. Selon lui, l'amiante pourrait provoquer jusqu'à 100 000 décès d'ici 2025. Si son caractère cancérigène est connu depuis les années 1950, le premier décret réglementant son usage en France ne date que de 1977.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !