Ambert : l'ex-épouse du tueur des trois gendarmes avait alerté "des dizaines de fois" sur sa dangerosité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Ambert : l'ex-épouse du tueur des trois gendarmes avait alerté "des dizaines de fois" sur sa dangerosité
©OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP

Pas entendue

Ambert : l'ex-épouse du tueur des trois gendarmes avait alerté "des dizaines de fois" sur sa dangerosité

"J’avais lancé des alertes, des dizaines ! Je savais qu’il était dangereux," affirme l'ex-épouse du tueur des trois gendarmes d'Ambert, dans une interview au Dauphiné Libéré.

Frédérik Limol, qui a tué trois gendarmes à Ambert mercredi, a pendant des années fait vivre un enfer à son ex-femme, témoigne cette dernière dans un entretien au Dauphiné Libéré. 

"Je croyais qu'il nous tuerait tous", dit-elle en décrivant son ex-mari violent, qui a essayé de l'étranger et la menaçait de mort.

Dans cet entretien, elle assure avoir essayé d'alerter les autorités "des dizaines" de fois sur sa dangerosité. La police, les gendarmes, l'aide à l'enfance... "J’ai même écrit à Marlène Schiappa. Rien n’a été fait. On m’a dit à chaque fois qu’il allait certainement se calmer", assure-t-elle. Marlène Schiappa, qui était alors secrétaire d’Etat en chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes, a été vertement critiquée sur les réseaux sociaux suite à la publication de cette interview. L'ex-femme de Frédérik Limol se dit très "en colère" contre le silence des institutions, et elle dit aussi se sentir "coupable" : "Aujourd'hui, il y a quatre orphelins, si j’avais pu me faire entendre, on n’en serait pas là. J’ai tout essayé."

Elle donne aussi plus de détails sur le parcours de Frédérik Limol, qui a soudainement changé en 2012 : "Quand j’ai accouché, il m’a donné une radio militaire, pour que l’on puisse communiquer en cas de fin du monde", dit-elle.

Le Dauphiné libéré

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !