Alzheimer : travailler plus longtemps retarderait l'apparition de la maladie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Alzheimer : travailler plus longtemps retarderait l'apparition de la maladie
©

Travail = Santé

Alzheimer : travailler plus longtemps retarderait l'apparition de la maladie

Un constat valable uniquement dans les métiers où le cerveau est sollicité.

 Selon une enquête de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), travailler plus longtemps diminuerait les risques de contracter la maladie d'Alzheimer, une maladie dégénérative qui engendre un déclin progressif des facultés cognitives et de la mémoire, due à la perte des neurones.

Présentée cette semaine lors d'un congrès à Boston, l'enquête a été menée auprès de 429 000 personnes à la retraites depuis 12 ans. Continuer de travailler diminuerait le risque de développer cette maladie de la mémoire de 3% par an. La présidente du Centre international sur la longévité en France, François Forette, affirme que "si vous prenez votre retraite à 65 ans au lieu de 60 ans, vous pouvez diminuer d'environ 15% votre incidence de maladie d'Alzheimer".

Néanmoins, cela n'est pas attribuable à tous les métiers. Ce constat est valable uniquement dans les métiers où le cerveau est sollicité. En effet, il faut que celui-ci soit stimulé pour que cela opère et le président du comité scientifique de France Alzheimer insiste d'ailleurs là-dessus, "faire travailler ses méninges constitue une défense contre la maladie mais ne l'empêche pas".

De plus, l'enquête ne démontre pas non plus que le fait de continuer d'exercer une activité salariale suffise à lui seul et protège à 100% contre la maladie. Une maladie qui toucherait près d'un million de personnes en France.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !