Algérie : Bouteflika dans un état général de santé stable | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Abdelaziz Bouteflika est soigné à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce.
Abdelaziz Bouteflika est soigné à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce.
©Reuters

Succession ?

Algérie : Bouteflika dans un état général de santé stable

Le président algérien ne devrait cependant pas pouvoir se représenter pour un quatrième mandat en 2014.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, victime samedi 27 avril d'un accident vasculaire cérébral sans gravité, a été transféré à Paris, a annoncé dimanche l'agence algérienne APS. Le chef d'Etat est actuellement soigné à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce.

Le professeur Rachid Bougherbal, médecin en charge du président algérien, a indiqué que l'état de santé de son patient "évolue bien", et qu'il n'a subi "aucune lésion irréversible". La présidence algérienne s'est également voulue rassurante en annonçant que l'état du président Bouteflika ne suscitait "aucune inquiétude"Malgré tout, ses médecins lui ont prescrit des examens complémentaires ainsi que quelques jours de repos, précise une source médicale.

Abdelaziz Bouteflika n'a pas encore indiqué s'il allait briguer un quatrième quinquennat en 2014 mais déjà, pour nombre d'observateurs, le président algérien ne devrait pas pouvoir se représenter.

"L'Algérie doit se préparer à changer de président. Aujourd'hui, la perspective d'un quatrième mandat s'éloigne définitivement", a déclaré Sofiane Djilali, président du parti Jil Jadid (Génération nouvelle), cité dans Le Figaro."Le débat sur la succession va être relancé de manière légitime", explique également Omar Belhouchet, directeur de la publication du quotidien francophone El Watan.

Abdelaziz Bouteflika a aujourd'hui 76 ans. Il a été élu à la tête de l'Etat algérien en 1999, puis réélu en avril 2004 et en avril 2009.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !