Alexandre Benalla va rendre ses passeports diplomatiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
En septembre, Alexandre Benalla avait juré devant les Sénateurs formés en commission d'enquête qu'il avait bien rendu ses passeports.
En septembre, Alexandre Benalla avait juré devant les Sénateurs formés en commission d'enquête qu'il avait bien rendu ses passeports.
©

Confisqué !

Alexandre Benalla va rendre ses passeports diplomatiques

L'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron a reconnu avoir utilisé ces passeports par "confort personnel".

Alexandre Benalla, qui est pris dans une nouvelle affaire politico-médiatique après les révélations sur son utilisation de passeports diplomatiques délivrés par l'Elysée a déclaré au JDD qu'il comptait rendre les documents officiels "dans les prochains jours". 
Il faut dire que l'affaire, révélée par Médiapart la semaine dernière, est en train de prendre une tournure inquiétante pour Alexandre Benalla : un enquête a été ainsi ouverte par le parquet de Paris pour "abus de confiance" et "usage sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle". 

Il a demandé à être considéré comme un "justiciable ordinaire" et a déclaré être "satisfait que la justice puisse désormais mettre un terme aux rumeurs" sur son compte. 

L'homme devra de plus justifier de l'utilisation de ces passeports, alors qu'il avait affirmé à la commission d'enquête du Sénat, en septembre dernier, qu'il les avait rendus. 

Il les a utilisé pour se rendre au Tchad, ce qui a suscité de nombreuses suspicions alors que le Président Macron doit se rendre dans ce pays dans quelques semaines. Il a reconnu avoir "peut-être" eu tort de les utiliser, et a plaidé le laxisme, affirmant qu'il l'avait fait pour son "confort personnel".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !