Trois policiers suspendus pour avoir transmis des images de vidéo-surveillance à Alexandre Benalla | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Trois policiers suspendus pour avoir transmis des images de vidéo-surveillance à Alexandre Benalla
©Thibault Camus / POOL / AFP

Sanction

Trois policiers suspendus pour avoir transmis des images de vidéo-surveillance à Alexandre Benalla

Des policiers viennent d'être suspendus à titre conservatoire. Ils sont soupçonnés d'avoir transmis des extraits des images de vidéo-surveillance de la Ville de Paris à Alexandra Benalla. Ce collaborateur de l'Elysée a été placé en garde à vue ce vendredi matin. Une procédure de licenciement est engagée par l'Elysée.

L'"affaire" Benalla continue de provoquer de nombreux rebondissements. Alors que l'Elysée a engagé une procédure de licenciement et que ce proche collaborateur (sur les questions de sécurité) a été placé en garde à vue ce vendredi matin, trois policiers ont été suspendus à titre conservatoire. 

Selon les premiers éléments de l'enquête, ils auraient extrait des images de vidéo-surveillance de la Ville de Paris. Ils auraient transmis ces documents à Alexandre Benalla, selon une source proche du dossier. 

Les trois policiers occupent les fonctions de contrôleur général, commissaire et commandant. 

Alexandre Benalla est dans la tourmente depuis qu'une vidéo, dévoilée par la rédaction du Monde, le montrait en train de frapper un manifestant le 1er mai. Ce collaborateur d'Emmanuel Macron, sur les questions de sécurité, portait un brassard de la police et un casque au moment des faits, alors qu'il était simplement détaché en observateur. Une seconde vidéo a été publiée ce vendredi. Alexandre Benalla s'en prend à une jeune femme dans ce nouvel extrait.  

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !