Alain Juppé jugé plus sympathique et moins clivant que Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Alain Juppé jugé plus sympathique et moins clivant que Nicolas Sarkozy
©

Sondage

Alain Juppé jugé plus sympathique et moins clivant que Nicolas Sarkozy

L'ancien Premier ministre est considéré par les Français comme moins clivant que son rival Nicolas Sarkozy, ce dernier le surclasse toujours auprès des sympathisants UMP, selon un sondage Ifop pour Sud-Ouest Dimanche.

Selon ce sondage sur l'image d'Alain Juppé, le maire de Bordeaux est jugé "sympathique" par 59% des Français. Dans un sondage similaire publié mi-septembre, Nicolas Sarkozy avait obtenu 39% à la même question, rappelle Ifop.

Alain Juppé, candidat à la primaire à droite en vue de la présidentielle 2017, est aussi perçu comme beaucoup moins clivant: 30% des sondés disent qu'il les "inquiète" et 23% qu'il les "met en colère". Pour Nicolas Sarkozy, ces chiffres étaient respectivement 51% et 50%. Quant à l'image d'honnêteté, 48% des sondés estiment que l'expression "il est honnête" s'applique "bien" à Juppé (contre 29% pour Sarkozy le mois dernier).

Pour 57% des personnes interrogées, Juppé a "l'étoffe d'un président" (5 points de plus que Sarkozy) et 50% estiment qu'"il veut vraiment changer les choses" (+5 également).

Par contre, Nicolas Sarkozy est toujours mieux placé qu'Alain Juppé sur ces critères auprès des sympathisants de l'UMP : il a 20 points de plus que Juppé sur "l'étoffe d'un président" et 19 points sur la "volonté de vraiment changer les choses".

Ce sondage a été réalisé du 14 au 16 octobre par questionnaire en ligne, auprès d'un échantillon de 985 personnes représentatif de la population de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !