Alain Juppé : "Je regarde les sondages avec la plus grande prudence" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Alain Juppé : "Je regarde les sondages avec la plus grande prudence"
©ERIC FEFERBERG / POOL / AFP

Faut bien...

Alain Juppé : "Je regarde les sondages avec la plus grande prudence"

Le maire de Bordeaux était l'invité de RTL, ce lundi matin.

Dans une semaine, le premier tour de la primaire de la droite et du centre aura lieu avec Alain Juppé comme grand favori. Mais les derniers sondages montrent un sérieux essoufflement de sa candidature. "Je regarde les sondages avec la plus grande prudence. Rien n'est joué", affirme-t-il sur RTL, soulignant que "le corps électoral est mal connu."

Il entend pourtant rassembler les Français autour de sa candidature. "Je ne veux pas dresser les Français les uns contre les autres, pas de course poursuite avec le Front national" a-t-il rappelé, en précisant que "s'il n'y avait pas eu des déçus de la période 2007-2012, on aurait gagné les élections de 2012".

Il a enfin défendu ses réformes libérales. "Ce ne sont pas des réformes punitives, ce sont des réformes bénéfiques" prévient-il. Et de rappeler son opposition au protectionnisme, "un grand danger pour l'économie mondiale, pour la paix du monde". Selon lui, "il faut défendre nos intérêts et il y a bien longtemps que je dis que l'Europe ne les défend pas bien (...) Il faut changer l'état d'esprit à Bruxelles (…) Je n'aime pas le mot de protectionnisme, parce que l'on a déjà essayé ça dans le passé et l'on sait à quoi ça mène (...) Soyons prudent avec ce mot qui est un mot du passé et rétrograde".

A LIRE AUSSI - Sondage exclusif : et le candidat qui devrait le plus bénéficier à la primaire de droite du vote des partisans de la Manif pour Tous est...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !