Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Mobile ?

Alain Juppé : "Je ne suis pas En marche, mais je ne suis pas non plus immobile"

"Disons que je suis en mouvement...", déclare le maire de Bordeaux dans une interview accordée au Point.

Vendredi 10 novembre, devant l'Association de la presse diplomatique française, Alain Juppé a fait une proposition, rapportée par plusieurs médias, de bâtir un "grand mouvement central" avec Emmanuel Macron aux élections européennes de 2019. Il a ensuite démenti avoir "parlé de la constitution de listes" communes aux élections européennes avec LREM. "A-t-il tendu la main à Emmanuel Macron ou a-t-il cherché à faire barrage à Laurent Wauquiez ?", se demande Le Point ce mercredi 15 novembre. Réponse de l'intéressé dans les colonnes de l'hebdomadaire : "Ni l'un ni l'autre".

"Je ne suis pas En marche, mais je ne suis pas non plus immobile"

"Je ne tends pas la main et je ne cherche pas à faire barrage. Ce qui m'intéresse, c'est le débat d'idées", affirme le maire de Bordeaux. Et d'ajouter : "J'ai seulement voulu dire que je partageais les positions d'Emmanuel Macron sur l'Europe. De même qu'en matière d'éducation, je trouve qu'il y a de bonnes choses qui sont faites – dont certaines, d'ailleurs, figuraient dans mon livre Mes chemins pour l'école". Toutefois, il affirme être "critique".

>>> À lire aussi : La dernière trahison d’Alain Juppé ? 

"Par exemple, sur la réforme du logement, qui n'est pas bien conçue à mon sens ou sur la fiscalité locale qui n'a pas été bien abordée", précise l'ancien candidat à l'élection présidentielle. L'ex-Premier ministre répond également à ceux qui pensent qu'il est En Marche ! : "Je ne suis pas En marche, mais je ne suis pas non plus immobile. Disons que je suis en mouvement...".

"L'UMP dans son idée originelle n'existe plus"

Quant à ceux qui ont dit que par ses propos récents qu'il fait "le deuil de l'UMP", il déclare que "les commentaires sont libres". "L'UMP est morte en 2015 puisque c'est LR qui a pris la suite", lance Alain Juppé. Et de conclure : "De toute façon, les centristes dans une grande partie avaient quitté notre formation en 2014. L'UMP dans son idée originelle n'existe plus".

>>> À lire aussi : Pourquoi un grand mouvement Macron-Bayrou-Juppe n’aurait rien de "central" contrairement à ce qu’en pensent ses promoteurs

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !