Air France : il faut "trouver une solution dans les heures qui viennent" presse Manuel Valls sur le dossier Transavia | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Air France : il faut "trouver une solution dans les heures qui viennent" presse Manuel Valls sur le dossier Transavia
Air France : il faut "trouver une solution dans les heures qui viennent" presse Manuel Valls sur le dossier Transavia
©Reuters

Reculade

Air France : il faut "trouver une solution dans les heures qui viennent" presse Manuel Valls sur le dossier Transavia

Le retrait de la filiale low cost de la compagnie avait été annoncé par Alain Vidalies, le secrétaire d'Etat aux Transports ce mercredi matin sur RMC, avant d'être rapidement démenti par la direction.

Après quasiment deux semaines de conflit, Alain Vidalies, le secrétaire d'État aux Transports, a annoncé ce mercredi matin sur RMC que la compagnie aérienne allait abandonner le projet Transavia. Depuis mardi, la direction avait choisi de le repousser en décembre mais les syndicats avaient jugé cela insuffisant. 

Coup de théâtre quelques minutes plus tard, puisqu'un porte-parole d'Air France a indiqué qu'il était "prématuré de dire" que le projet d'expansion en Europe de la filiale low-cost avait été abandonné. "Aucun changement dans les négociations ne permet d'affirmer que ce projet est retiré. La proposition reste de suspendre ce projet (Transavia Europe) et d'ouvrir une large concertation, un large dialogue avec les partenaires sociaux d'ici à la fin de l'année, comme avancé par la direction lundi" a-t-il dit à l'AFP.

Manuel Valls, qui avait déjà demandé aux pilotes de stopper leur mouvement de grève, s'impatiente et demande à ce qu'une sortie sur le dossier Transavia soit trouvée "dans les heures qui viennent" : "La création de Transavia en France doit être maintenue. Si celle de Transavia Europe doit être conservée ou abandonnée, il faut le décider vite".

Une sorte de nouveau couac pour le gouvernement...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !