Agression d'un handicapé mental : deux adolescents en garde à vue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Agression d'un handicapé mental : deux adolescents en garde à vue
©

Les images parlent d'elles-mêmes

Agression d'un handicapé mental : deux adolescents en garde à vue

Les deux jeunes de 14 et 15 ans ont posté sur Facebook une vidéo montrant les faits.

L'émotion est vive aux quatre coins du territoire. Une vidéo postée sur Facebook et montrant l'agression d'une jeune handicapé mental a ému bon nombre de Français. Sur les images, récupérées par BFMTV, on voit  deux jeunes tenir leur victime par les bras, puis le pousser dans un bassin peu profond, lui immergeant les pieds et les mollets. L'agression a eu lieu dans le parc de La Poya à Fontaine, dans l'agglomération de Grenoble. Ce mardi matin, la vidéo avait été partagée plus de 6 500 fois sur Facebook, et commenté plus de 16 500 fois. Les deux jeunes auteurs de l'agression, âgés de 15 et 15 ans, ont été interpellés et placés en garde à vue ce lundi après-midi.

Le jeune handicapé, âgé de 18 ans et qui n'est placé ni sous tutelle ni sous curatelle, n'a pas été blessé dans l'agression. Scolarisé en institut médico-éducatif, il est allé déposer plainte à la gendarmerie de Tullins (Isère) lundi après-midi. Dans un communiqué, la ministre chargée des personnes handicapées Marie-Arlette Carlotti s'est exprimée sur ce sujet.

Elle a dénoncé une vidéo "terriblement choquante de par le cynisme de ces agresseurs et la vulnérabilité de la personne agressée". "Les agresseurs présumés ont fait la publicité de leur crime, pensant sans doute qu'il resterait impuni, que leur geste serait sans conséquence pour eux-mêmes. Ils se trompent lourdement. La justice saura faire la lumière sur cette affaire et prendre les sanctions appropriées", a-t-elle ajouté. A noter que deux autres adolescents, visibles sur la vidéo, sont encore recherchés par la police.

lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !