Afrique du Sud : mort de Winnie Mandela, ex-femme de Nelson Mandela | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Afrique du Sud : mort de Winnie Mandela, ex-femme de Nelson Mandela
©Odd ANDERSEN / AFP

Décès

Afrique du Sud : mort de Winnie Mandela, ex-femme de Nelson Mandela

Militante anti-apartheid, son image avait été entachée de plusieurs polémiques, dans les années 1980 et 1990.

En Afrique du Sud, une icône est morte. Près de  5 ans après le décès de Nelson Mandela, c'est son ex-femme, Winnie, qui s'est éteinte à l'âge de 81 ans. "C'est avec une grande tristesse que nous informons le public que Mme Winnie Madikizela Mandela est décédée à l'hôpital Milkpark de Johannesburg lundi 2 avril", a déclaré son porte-parole Victor Dlamini dans un communiqué.

Pendant 30 ans, elle incarnait avec son mari, rencontré en 1962, la lutte contre le régime de l'apartheid, en Afrique du Sud. Durant les 27 ans de prison de Nelson Mandela, elle ne peut lui rendre visite que tous les 6 mois mais continue le combat pour l'égalité entre les noirs et les blancs.

Peu à peu, son discours va se durcir et se radicaliser, notamment avec son slogan "un boer, une balle", dans les années 1980. Surtout, elle est accusée d'avoir ordonné à son garde du corps de tuer un jeune activiste de 14 ans, en janvier 1989, qu'elle accusait d'espionnage. Elle s'en tire finalement avec une simple amende. A la sortie de prison de Nelson Mandela, le couple se fracture et le divorce est alors inéluctable.

Dans les années 2000, elle sera encore touchée par plusieurs scandales, en raison de son radicalisme et de son train de vie. En 2003, elle est condamnée à 4 ans de prison pour de multiples fraudes. La peine sera finalement annulée.

Figure controversée de l'Afrique du Sud, elle gardait pourtant une image d'emblème pour la communauté noire marginalisée, dans un pays qui n'a pas encore réussi à chasser ses démons.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !