Afghanistan : le taliban Mohammad Hassan Akhund est nommé chef du nouveau gouvernement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le 26 août 1999, le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif reçoit le ministre afghan des Affaires étrangères, Mohammad Hassan Akhund à Islamabad.
Le 26 août 1999, le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif reçoit le ministre afghan des Affaires étrangères, Mohammad Hassan Akhund à Islamabad.
©SAEED KHAN / AFP

Nouveau gouvernement 

Afghanistan : le taliban Mohammad Hassan Akhund est nommé chef du nouveau gouvernement

Mohammad Hassan Akhund va prendre la tête du nouvel exécutif afghan. Abdul Ghani Baradar, le cofondateur des talibans, en sera le numéro deux.

Trois semaines après avoir pris le pouvoir en Afghanistan, les talibans ont présenté une partie de leur nouveau gouvernement, ce mardi 7 septembre. Mohammad Hassan Akhund va officiellement prendre la tête du nouvel exécutif afghan. Abdul Ghani Baradar, le cofondateur des talibans, sera le numéro deux du gouvernement. 
Zabihullah Mujahid, le principal porte-parole du groupe, a communiqué ces informations lors d’une conférence de presse à Kaboul. 
Abdul Ghani Baradar avait notamment conduit les négociations de Doha avec les Américains ayant mené au retrait des forces étrangères du pays.
Parmi les autres nominations annoncées ce mardi soir, figurent celles du mollah Yaqoub, le fils du mollah Omar, au poste de ministre de la Défense, et de Sirajuddin Haqqani, chef du réseau Haqqani à l’Intérieur. 
Amir Khan Muttaqi, négociateur taliban à Doha, a lui été nommé à la tête du ministère des Affaires étrangères.
"Le gouvernement n’est pas au complet", a tenu à préciser Zabihullah Mujahid, assurant que son mouvement, qui a promis un exécutif "inclusif", allait essayer de "prendre des gens d’autres régions du pays". 
France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !