Afghanistan : le "leader suprême" taliban fait sa première apparition publique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des talibans à Kandahar.
Des talibans à Kandahar.
©Javed TANVEER / AFP

Invisible

Afghanistan : le "leader suprême" taliban fait sa première apparition publique

Cette première apparition depuis sa nomination en 2016 vise à démentir des rumeurs sur sa mort.

Le "leader suprême" des talibans, le mollah Hibatullah Akhundzada a pris part samedi soir à une cérémonie à Kandahar (sud de l'Afghanistan), ont indiqué des responsables talibans. C'est la première apparition en public officialisée par les talibans depuis sa nomination en 2016.

"Le commandeur des croyants, le cheikh Hibatullah Akhundzada, a fait une apparition lors d'un grand rassemblement à la célèbre madrassa Hakimiya et a parlé pendant dix minutes aux vaillants soldats et disciples", a annoncé dimanche dans un message le gouvernement taliban, enregistrement audio à l'appui.

Akhundzada n'avait jamais été vu en public, même après la prise de contrôle du pays par les talibans en août, ce qui a donné lieu à des spéculations sur sa mort.

Un haut dirigeant taliban qui était présent avec Akhundzada lors de l'apparition a déclaré à Reuters que le chef suprême avait visité samedi Jamia Darul Aloom Hakimia, une école religieuse de Kandahar.

Alors que le mouvement islamiste a dévoilé son gouvernement provisoire en septembre après le retrait des forces dirigées par les États-Unis, le mystérieux Akhundzada a conservé le rôle qu'il occupe depuis 2016 de chef suprême, l'autorité ultime sur les affaires politiques, religieuses et militaires du groupe.

Bien que certains responsables affirment qu'Akhundzada a déjà fait des apparitions publiques non médiatisées, il s'agissait de la première apparition confirmée d'un homme qui a longtemps gardé un profil public bas.

La seule photo de lui que Reuters a pu retrouver était une image non datée publiée sur un fil Twitter des talibans en mai 2016.

À Lire Aussi

Kaboul : vers un retour de la lapidation ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !