Affaire Tariq Ramadan : Charlie Hebdo s'attaque à Edwy Plenel | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Affaire Tariq Ramadan : Charlie Hebdo s'attaque à Edwy Plenel
©Reuters

Habillé pour l’hiver

Affaire Tariq Ramadan : Charlie Hebdo s'attaque à Edwy Plenel

Dans son dernier numéro, l'hebdomadaire se moque du journaliste, accusé d’avoir fermé les yeux sur le comportement de l'islamologue.

Une nouvelle Une qui risque de faire parler. Dans son prochain numéro, Charlie Hebdo s'en prend à Edwy Plenel, accusé de proximité avec le théologien Tariq Ramadan, soupçonné de viol. "Affaire Ramadan, Mediapart révèle : 'On ne savait pas'", écrit le journal sur une Une, composée d'un fond rouge et de quatre caricatures du journaliste et de sa célèbre moustache. Sur Twitter, Edwy Plenel a relayé la photo du magazine, assorti d'une citation de Romain Rolland : "Ils peuvent me haïr, ils ne parviendront pas à m’apprendre la haine". 

En janvier 2015 sur le plateau du Petit Journal de Canal +, le cofondateur de Mediapart avait expliqué pourquoi il avait participé à un débat communautaire avec Tariq Ramadan à Brétigny-sur-Orge, estimant que l’homme "est un intellectuel respectable". J'écoute tout ce qu'il a dit, nous n'avons aucun désaccord sur le fond. Et qu'est-ce qu'on dit? 'Il est pas clair, il a un double langage.' Qu'est-ce que ça dit, ce truc, 'il est ambigu'? 'Ah, l'Arabe, il est un peu fourbe.' 'L'Arabe, il y a un double langage'... Mais je ne vois pas où il est ambigu!" avait-il plaidé.

Tariq Ramadan a également fait l'objet d'une longue enquête sur Mediapart, en 2016. En cinq volets, le journaliste proposait de "revenir sur les faits mais aussi les fantasmes qui entourent l'islamologue". Mais à aucun moment, ces agressions et viols présumés n'étaient mentionnées. Sur BFMTV, dimanche soir, Edwy Plenel s'est défendu de toute complaisance :  "Je n’ai croisé M. Ramadan dans ma vie que deux fois", a-t-il indiqué.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !