Affaire Tapie : l'homme d'affaires "regrette d'avoir accepté l'arbitrage" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire Tapie : l'homme d'affaires "regrette d'avoir accepté l'arbitrage"
©Reuters

Version des faits

Affaire Tapie : l'homme d'affaires "regrette d'avoir accepté l'arbitrage"

Bernard Tapie a accordé une longue interview au Monde, lundi 25 novembre, dans le studio de télévision du quotidien.

Lundi, Bernard Tapie a passé plus de deux heures dans le studio télévisé du journal Le Monde. L'homme d'affaires était interrogé sur l'arbitrage lié à son conflit avec le Crédit lyonnais. En juillet 2008, il a touché de l'Etat 405 millions d'euros. Mais aujourd'hui, il "regrette d'avoir accepté l'arbitrage, je l'ai accepté contre la volonté de Me Lantourne [son avocat, ndlr], je me suis dégonflé." "J'avais 65 ans déjà, j'aurais eu 40 ans, jamais je n'aurais fait l'arbitrage", a-t-il dit.

Bernard Tapie a encore une fois défendu sa version des faits. Il a par ailleurs dédouané Nicolas Sarkozy et mis en cause Claude Guéant : "Sarkozy, je peux vous le dire les yeux dans les yeux, c'est pas le genre de type à qui j'avais envie de parler de l'arbitrage au moment où j'allais le voir." "[Claude Guéant] a été la courroie de transmission et l'organisateur au gré et à la volonté des différents ministres. Ils avaient besoin d'une unanimité", a-t-il expliqué.

Et de dénoncer une cabale du PS : "Au départ, c'est M. Ayrault, vous ne pouvez pas le nier, avec six députés socialistes, qui demande l'annulation auprès du tribunal administratif [...]. Donc oui, le Parti socialiste est totalement impliqué, complètement impliqué." "Je suis le symbole de ce que le Parti socialiste déteste", a-t-il ajouté. 

Si Bernard Tapie a assuré que les juges sont "dans leur rôle" et qu'ils ont eu "raison" de le mettre en examen, il pense que les magistrats "ne trouveront rien".


Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !