Affaire Pistorius : après la découverte d'une batte ensanglantée, l'étau se resserre autour de l'athlète<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Dans la majorité des journaux locaux, la thèse de la dispute qui a mal tourné est favorisée
Dans la majorité des journaux locaux, la thèse de la dispute qui a mal tourné est favorisée
©REUTERS/Siphiwe Sibeko

Drame

Selon la presse sud-africaine, Oscar Pistorius aurait sauvagement frappé sa compagne avec l'aide d'une batte de cricket.

Alors que le champion déclarait jeudi avoir confondu sa petite amie Reeva Steenkamp avec un cambrioleur, l'enquête menée par les autorités sud-africaines ne cesse de fragiliser cette version des faits.

Une batte de cricket, retrouvée chez Oscar Pistorius couverte de sang, interpelle les enquêteurs, rapporte dimanche l'hebdomadaire sud-africain City Press. "Il y avait plein de sang sur la batte, la police scientifique dira de quel sang il s'agit", a indiqué une source proche de l'enquête au journal, qui ajoute que la tête de Reeva a été "écrasée". 

Dans la majorité des journaux locaux, la thèse de la dispute qui a mal tourné est favorisée.Oscar Pistorius aurait tiré une première balle depuis sa chambre, avant que son amie ne réussisse à s'enfermer dans la salle de bain attenante, puis a tiré trois coups de plus. Il aurait en outre frappé Reeva avec la batte et/ou s'en serait servi pour défoncer la porte, selon les hypothèses des enquêteurs.

Selon City Press, Pistorius a appelé son père vers 03h20 jeudi matin, lui demandant de venir au plus vite. Mais il n'a appelé ni la police, ni une ambulance. C'est le père d'une amie à qui l'athlète a aussi demandé d'accourir qui a finalement appelé les secours, selon le Sunday Times.

Oscar Pistorius a été formellement inculpé de meurtre. Le Parquet a indiqué vendredi qu'il était accusé de "meurtre avec préméditation", un crime passible de la réclusion à perpétuité en Afrique du Sud.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !