Affaire Neyret : le conseil de discipline demande la révocation de l'ex-super flic | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire Neyret : le conseil de discipline demande la révocation de l'ex-super flic
©

Justice

Affaire Neyret : le conseil de discipline demande la révocation de l'ex-super flic

L’ancien numéro 2 de la police judiciaire de Lyon comparaissait ce mardi devant le conseil de discipline de la police.

Le conseil de discipline a donné son avis, reste au ministre de l’Intérieur, Manuel Valls de trancher. Il n’appartient qu’à lui de suivre les propositions ou non de cette instance de discipline. L'ex numéro 2 de la police judiciaire de Lyon a comparu cet après-midi devant l'instance disciplinaire, à Paris pour une "série de faits" et de "manquements" comme la violation du secret professionnel, a précisé une source policière.  

L'ancien policier est actuellement sous contrôle judiciaire. Il avait été mis en examen en octobre 2011, notamment pour corruption, trafic d'influence, association de malfaiteurs ou encore trafic de stupéfiants. Il a été remis en liberté en mai après près de huit mois de détention provisoire à la prison de la Santé à Paris.  

Il a estimé dans une interview donné au point peu avant son audition, ne jamais avoir trahi ses pairs, même s'il reconnaît quelques erreurs dans ses relations avec ses indics, devenus pour quelques-uns de véritables amis. "Je n'ai pas été assez méfiant", regrette-t-il. Mardi après-midi, quatre de ses anciens directeurs seront présents lors de l'audience pour témoigner en sa faveur.

Michel Neyret a choisi de comparaître aujourd'hui pour se débarrasser de cette procédure administrative, et se consacrer entièrement à l'affaire pénale, qui sera encore instruite pendant de longs mois.

Lu sur l'Express.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !