Affaire Kerviel : le trader écope de trois ans de prison ferme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire Kerviel : le trader écope de trois ans de prison ferme
©

Case prison

Affaire Kerviel : le trader écope de trois ans de prison ferme

Jérôme Kerviel a été condamné à cinq ans de prison, dont trois ans ferme, par la Cour d'appel de Paris, ce mercredi. L'ancien trader devra également rembourser 4,9 milliards d'euros à la Société Générale.

Jérôme Kerviel a été condamné par la justice à cinq ans de prison, dont trois ans ferme, par la Cour d'appel de Paris, ce mercredi. Cette dernière l'a, en outre, obligé à rembourser les 4,9 milliards d'euros qu'il avait fait perdre à la Société Générale en 2008. L'ancien trader voit la peine prononcée en première instance, en 2010, confirmée par la justice. Il était notamment accusé d'avoir fait perdre ces 4,9 milliards d'euros à sa banque en prenant des positions spéculatives de dizaines de milliards d'euros sur des marchés à risque. Il avait également déjoué tous les contrôles avec des opérations fictives, des fausses écritures et des mensonges.

Jérôme Kerviel avait en effet été arrêté lors de l'année 2008 et passé 39 jours en détention provisoire. Il avait ensuite été poursuivi pour abus de confiance, faux et usage de faux ainsi qu'introduction frauduleuse de données dans le système informatique de la Société Générale. Il aurait aussi pris des positions de 50 milliards d'euros en les masquant par d'autres ordres fictifs censés couvrir le risque. L'ancien trader avait déclaré que sa hiérarchie était au courant avant de modifier ses propos par la suite.

Au procès en appel, qui s'était tenu du 4 au 28 juin dernier, l'accusation avait requis la peine de prison maximum, soit cinq ans ferme.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !