Affaire Karachi : deux anciens collaborateurs d'Edouard Balladur mis en examen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire Karachi : deux anciens collaborateurs d'Edouard Balladur mis en examen
©

Rebondissement

Affaire Karachi : deux anciens collaborateurs d'Edouard Balladur mis en examen

Nicolas Bazire et Pierre Mongin ont été mis en examen jeudi dans l'affaire des comptes de campagne de 1995.

Le numéro deux du groupe de luxe LVMH, Nicolas Bazire, ancien directeur de cabinet d'Edouard Balladur à Matignon, a de nouveau été mis en examen jeudi dans le volet financier de l'affaire Karachi, rapporte l'AFP.Déjà poursuivi pour recel et complicité d'abus de biens sociaux, il l'est désormais aussi pour complicité de détournement de fonds publics. 

L'actuel PDG de la RATP, Pierre Mongin, a lui aussi été mis en examen jeudi pour détournement de fonds publics. Cet ancien chef de cabinet d'Edouard Balladur est suspecté d'être un des principaux acteurs du financement illégal de sa campagne en 1995. Pierre Mongin a annoncé qu'il déposerait un recours contre cette poursuite judiciaire.

Le Monde précise que cette mise en examen fait suite à des déclarations de l'ancien trésorier de la campagne, René Galy-Dejean. Selon lui, "l'argent liquide versé sur le compte de campagne provenait de fonds secrets issus du détournement de commissions sur des contrats d'armement". Il avait affirmé que Pierre Mongin lui avait remis "3 millions de francs en petites coupures" le lendemain du premier tour.

"Pierre Mongin [...] conteste cette mise en examen qu'il juge à la fois illégale et infondée", a dit son avocat, Me Olivier Baratelli. "Illégale car la qualification de détournement de fonds publics n'est pas possible au regard de la loi de 1946 qui était en vigueur il y a 18 ans, et infondée parce qu'elle repose sur un faux témoignage."

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !