Affaire François Hollande-Julie Gayet : le (vrai) propriétaire de l'appartement "choqué" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire François Hollande-Julie Gayet : le (vrai) propriétaire de l'appartement "choqué"
©

Non alors !

Affaire François Hollande-Julie Gayet : le (vrai) propriétaire de l'appartement "choqué"

L'homme de 71 ans est un ancien commerçant habitant Biarritz.

"Je suis extrêmement choqué de tout ce qu'on peut dire sur moi: que je serais un ancien mafioso, un patron du CAC 40, ou que l'appartement que j'ai habité pendant 40 ans était un bordel". L'homme en a assez. Car Jean-Pierre Discazeaux, qui a vécu dans cet appartement de 1962 à 2003, avant de le mettre en location est bien le vrai propriétaire dans lequel François Hollande retrouverait Julie Gayet. 

Plusieurs médias avaient affirmé dimanche que son appartement était lié au grand banditisme corse. Mediapart a écrit que l'appartement, situé dans le VIIIe arrondissement, tout près de l'Elysée, était "au nom de Michel Ferracci", condamné en novembre 2013 à 18 mois de prison avec sursis dans l'affaire des détournements du cercle de jeux parisien Wagram. "Faux" avait répondu son avocat.

Valeurs actuelles avait aussi assuré quant à lui que l'appartement avait appartenu à "un grand patron du CAC 40". Pire, l'article disait que cet appartement "aurait déjà servi par le passé, à de nombreuses reprises au cours des quinze dernières années, à d'autres personnalités de la Vème République pour des missions de natures différentes". "Faux" selon le véritable propriétaire qui agacé, a menacé de saisir la justice.

A lire aussi - Atteintes à la vie privée : pourquoi François Hollande et la classe politique devraient autant se préoccuper de Closer que de celles qui affectent de plus en plus l'ensemble des Français


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !