Affaire Fillon : le classement sans suite semble exclu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire Fillon : le classement sans suite semble exclu
©ERIC FEFERBERG / AFP

Enquête

Affaire Fillon : le classement sans suite semble exclu

Selon le JDD, le parquet envisagerait d'ouvrir une information judiciaire ou de citer directement le candidat de la droite en correctionnelle.

François Fillon devrait être fixé sur son sort cette semaine, selon le Journal du Dimanche. L'hebdomadaire indique que le parquet national financier (PNF) opterait pour des poursuites contre les époux Fillon. Deux options seraient étudiées : l'ouverture d'une information judiciaire ou une citation directe devant le tribunal ­correctionnel. "Même les proches de l'ancien Premier ministre semblent désormais écarter l'hypothèse d'un classement sans suite", écrit le JDD.

Le problème, écrit le journal, est le calendrier très serré. La date butoir pour le dépôt des candidatures à la présidentielle est le 17 mars. Or, "une citation directe pourrait donner lieu à un procès (devant la 32e chambre du tribunal de Paris) dans un délai de onze jours" puis "l'audience pourrait durer plusieurs jours et le délibéré avant la décision, plusieurs semaines". "Je ne vois aucun magistrat de la 32e chambre juger un candidat en pleine élection", pronostique d'ailleurs Me Pierre Cornut-Gentille, le défenseur de Penelope Fillon.

Le Parisien, de son côté, indique que selon ses sources au PNF "aucune décision judiciaire n'est prise à ce stade de l'enquête. Par conséquent, aucun calendrier n'est fixé à ce jour". Selon le journal, les policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) n'ont pas encore rendu leur rapport de synthèse à partir duquel une décision doit être prise. 

Dans le JDD également, François Fillon met en garde contre les conséquences d'un retrait :  "Cela aboutirait à priver un courant de pensée, qui est majoritaire en France, de candidat crédible", estime-t-il. Il est en tout cas toujours décidé à tenir son engagement de se retirer de la campagne présidentielle s’il était mis en examen. "Je l’ai dit. Je n’ai pas changé d’avis."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !