Affaire Festina : le juge Patrick Keil retrouvé mort à Roubaix | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Affaire Festina : le juge Patrick Keil retrouvé mort à Roubaix
©MEHDI FEDOUACH / AFP

Fin de course

Affaire Festina : le juge Patrick Keil retrouvé mort à Roubaix

L'ancien magistrat Patrick Keil, connu pour avoir instruit l'affaire Festina, a été retrouvé mort chez lui samedi à l'âge de 55 ans.

Il était le juge de l'une des plus grandes affaires de dopage qui a frappé le monde du cyclisme. Patrick Keil a été retrouvé mort à son domicile de Roubaix samedi. Selon les propos d'une source policière rapportés par l'AFP, il ne répondait plus aux appels et il s'agirait "a priori" d'une "mort naturelle".

Patrick Keil était le juge d'instruction dans l'affaire de dopage Festina, pour laquelle il avait renvoyé dix prévenus devant le tribunal, dont la star du cyclisme Richard Virenque. L'affaire éclate en 8 juillet 1998, lorsque les douanes interceptent une voiture siglée Festina à la frontière franco-belge de Neuville-en-Ferrain dans le Nord, conduite par un soigneur de l'équipe, Willy Voet, et découvrent un stock de produits dopants. Deux jours plus tard, une information judiciaire est ouverte, confiée à Patrick Keil.

L'affaire ne connaîtra son épilogue judiciaire qu'à la fin de l'année 2000. Avec la relaxe pour Virenque, le seul coureur poursuivi qui a fini par avouer le dopage devant le tribunal de Lille, après des dénégations obstinées durant l'instruction. Et la condamnation à des peines de prison avec sursis pour le directeur sportif Bruno Roussel et Willy Voet.

En 2008, alors qu'il est substitut du procureur à Montpellier, il accepte d'informer, contre rémunération, un dentiste de l'avancement d'une procédure le concernant un contentieux avec la Sécurité sociale. Il est révoqué de la magistrature en 2009 et le tribunal correctionnel de Paris le condamne en 2012 dans cette affaire à un an de prison avec sursis pour corruption passive de magistrat et de violation du secret professionnel.

Lors de son procès en 2012, il avait raconté comment il était tombé dans l'alcoolisme, fragilisé par un manque de valorisation dans son travail, des difficultés financières et surtout la séparation d'avec son épouse.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !