Affaire des TER trop larges : les patrons de la SNCF et de RFF reconnaissent un dysfonctionnement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire des TER trop larges : les patrons de la SNCF et de RFF reconnaissent un dysfonctionnement
©

C'est la moindre des choses

Affaire des TER trop larges : les patrons de la SNCF et de RFF reconnaissent un dysfonctionnement

Deux mille rames neuves plus larges que les précédentes, ne passent pas dans les gares les plus anciennes, a révélé le "Canard enchaîné" ce mercredi.

La polémique enfle depuis ce mercredi et les révélations du Canard Enchaîné. Selon l'hebdomadaire satirique, la SNCF aurait acheté auprès du fabricant canadien Bombardier près de 2 000 rames de TER mais les quais actuels seraient trop étroits pour les accueillir. Une erreur de quelques centimètres qui pourrait coûter des millions d'euros . En effet, pour résoudre le problème, un rabotage des quais de gare est prévu. Sous le feu des critiques depuis la sortie de ces informations, les patrons de la SNCF et de RFF, Guillaume Pepy et Jacques Rapoport ont tenu une conférence de presse commune ce mercredi soir.

Sur le fond, ils ne voient pas de problèmes. "Chaque fois que nous mettons en place du matériel (...), il est tout à fait logique qu'il y ait une adaptation de l'infrastructure. C'est notre métier, faire rouler du matériel roulant du 21ème siècle sur des infrastructures du 19ème siècle", a assuré, Jacques Rapoport, .

Mais ils reconnaissent néanmoins un dysfonctionnement : avoir "constaté un peu tardivement que nous avions des quais à reprendre", selon le directeur de RFF, soit une prise en compte des dimensions nouvelles en 2011 pour des commandes effectuées en 2009 et une mise en service des TER prévue entre 2014 et 2016. Pour autant, Guillaume Pepy a martelé que les travaux nécessaires à l'arrivée des nouveaux trains régionaux n'auraient "aucune conséquence financière ni sur les usagers ni sur les régions".

"Nous ne sollicitons aucun financement supplémentaire", a confirmé Jacques Rapoport, précisant que les 50 millions d'euros seront financés dans le cadre des 4 milliards d'euros annuels de budget d'investissement.  Enfin le patron de RFF a  défendu l'achat de trains plus larges qui répondent selon lui à la hausse de fréquentation des TER. "Si on veut la même capacité [avec des trains de même largeur], il faut acheter 15 % de trains en plus, soit 50 trains [pour une somme de] 400 millions d'euros."

A noter que plus tôt dans la journée les deux entités avaient annoncé qu'elles remettront lundi un rapport d'enquête interne sur les décisions ayant conduit à commander ces TER. Celui-ci sera transmis au secrétaire d’État aux Transports Frédéric Cuvillier, qui en avait fait la demande.

lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !