Affaire des passeports : le parquet demande un procès contre Alexandre Benalla, pour "faux" et "usage de faux" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Alexandre Benalla passeports
Alexandre Benalla passeports
©BERTRAND GUAY / AFP

Suites judiciaires

Affaire des passeports : le parquet demande un procès contre Alexandre Benalla, pour "faux" et "usage de faux"

Le juge d'instruction chargé du dossier devra maintenant décider de renvoyer ou non l'ancien chargé de mission à l'Elysée devant le tribunal correctionnel.

Nouveau rebondissement dans l'affaire des passeports d'Alexandre Benalla. La justice veut comprendre comment Alexandre Benalla a pu continuer à utiliser des passeports diplomatiques après avoir été limogé par l'Elysée. 

Le parquet de Paris a annoncé, ce vendredi 4 septembre, demander le renvoi de l'ancien chargé de mission devant le tribunal correctionnel pour des faits "d'usage public et sans droit" de deux passeports diplomatiques, et pour des faits "de faux administratif et usage de faux" pour l'utilisation d'un passeport de service. 

Le parquet requiert également le maintien sous contrôle judiciaire d'Alexandre Benalla, qui a déjà mis en examen dans cette affaire.

Le juge d'instruction chargé du dossier devra dorénavant décider de le renvoyer ou non devant le tribunal correctionnel.

Le parquet avait ouvert une enquête pour "des soupçons d'utilisation indue" de deux passeports et "d'obtention frauduleuse d'un passeport de service" en décembre 2018, puis avait ouvert une information judiciaire en janvier 2019 "des chefs d'abus de confiance, faux et usage de faux document administratif, obtention indue d'un document administratif et usage public et sans droit de documents justifiant d'une qualité professionnelle".

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !