Affaire des assistants parlementaires : la levée de l'immunité de Marine Le Pen demandée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire des assistants parlementaires : la levée de l'immunité de Marine Le Pen demandée
©Reuters

Justice

Affaire des assistants parlementaires : la levée de l'immunité de Marine Le Pen demandée

Si l'immunité est levée par le Parlement européen, la candidate frontiste sera contrainte de se présenter aux convocations des juges.

Les juges d'instruction, en charge de l'enquête sur les soupçons d'emploi fictif de plusieurs assistants FN auprès d'eurodéputés, ont demandé  la levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen, rapportent Europe 1 et France Inter. L'examen de cette demande, qui au Parlement européen fait l'objet d'un vote en séance plénière, prend en général plusieurs mois. Les juges d'instruction ne s'attendaient donc pas à ce qu'elle aboutisse avant l'élection présidentielle. Il n'est même pas sûr qu'une réponse positive leur permette d'entendre la présidente du Front nationale avant le mois de juin. En effet, elle refuse de se rendre à leurs convocations. Fin février, convoquée par la police dans le cadre d'une audition libre, la frontiste a refusé de s'y rendre, protégée par son immunité parlementaire. Une deuxième fois, début mars, les juges d'instruction ont voulu l'entendre et n'ont pas réussi à la faire venir. Si l'immunité est levée par le Parlement européen, la candidate frontiste sera contrainte de se présenter aux convocations.

Une demande similaire a été formulée pour une autre députée européenne, Marie-Christine Boutonnet. L'enquête française avait été ouverte en mars 2015, suite à un signalement du Parlement européen. Les deux femmes sont soupçonnées d'avoir versé des salaires à des assistants parlementaires, sur des fonds européens, alors que ces derniers se consacraient en réalité à la gestion du parti d'extrême-droite.

Lu sur France Inter

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !