Affaire d'Outreau : l'un des acquittés visé par une enquête pour agressions sexuelles sur sa fille | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Affaire d'Outreau : l'un des acquittés visé par une enquête pour agressions sexuelles sur sa fille
©Reuters/Luc Moleux

Sans fin

Affaire d'Outreau : l'un des acquittés visé par une enquête pour agressions sexuelles sur sa fille

Au terme des auditions de sa fille Cassandra, menées depuis plusieurs jours dans le cadre d'une enquête préliminaire, Franck Lavier a été placé en garde à vue et est entendu depuis mercredi matin.

Selon le parquet de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), cité ce mercredi par l'AFP, une enquête préliminaire a été ouverte contre l'un des acquittés de l'affaire d'Outreau, pour "agressions sexuelles et viols" présumés sur sa fille de 17 ans. 

Au terme des auditions de sa fille Cassandra, menées depuis plusieurs jours dans le cadre de cette enquête préliminaire, Franck Lavier, âgé de 37 ans, a été placé en garde à vue et est entendu depuis mercredi matin. L'homme avait été condamné en 2004 à six ans de prison pour le viol de sa belle-fille et des agressions sexuelles sur quatre enfants par la cour d'assises de Saint-Omer (Pas-de-Calais), avant d'être relaxé devant la cour d'appel de Paris en 2005. D'après i>Télé, sa fille Cassandra ne faisait pas partie des douze enfants d'Outreau reconnus comme victimes par la cour d'appel de Paris à l'époque des faits. 

En 2012, les époux Lavier avaient été condamnés à 18 mois de prison avec sursis pour "corruption de mineurs" et "violences habituelles sur mineurs" sur deux de leurs cinq enfants, un garçon et une fille de 10 et 11 ans. Début 2012, les deux enfants avaient dénoncé des maltraitances sans caractère sexuel, après avoir fugué et avoir été placés chez une assistante maternelle.  

>>>> À lire aussi : Le fantôme de l’affaire d'Outreau, symbole d’un tsunami judiciaire, est de retour

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !