Affaire Cahuzac : Mediapart réclame l'ouverture d'une enquête judiciaire<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire Cahuzac : Mediapart réclame l'ouverture d'une enquête judiciaire
©Reuters

Toute la vérité

Depuis plusieurs semaines, le site d'information publie des éléments tendant à démontrer que le ministre du Budget a détenu un compte non déclaré en Suisse. Edwy Plenel, le directeur du site, demande au procureur l'ouverture d'une enquête.

Mediapart veut que la justice l'aide à faire la lumière sur une possible fraude fiscale du ministre du Budget Jérôme Cahuzac. Le directeur du site d'information, Edwy Plenel, a déclaré avoir adressé un courrier au procureur de Paris le 27 décembre pour demander l’ouverture d’une enquête sur l’affaire Jérôme Cahuzac. Le ministre délégué au Budget est en effet accusé par le site d’information d’avoir détenu un compte secret en Suisse.

La lettre est publiée sur Mediapart : «Tout en étant vivement démenties par Jérôme Cahuzac, nos informations ne font à ce stade l’objet d’aucune enquête judiciaire» visant à «satisfaire la vérité», écrit Edwy Plenel à François Molins. Il insiste sur le fait que l'enquête préliminaire ouverte après la plainte en diffamation déposée par le ministre contre Mediapart n’est «que de pure forme, ne visant pas le fond de nos informations».

«Pourquoi ne pas confier à un juge indépendant les investigations qu’appellent les informations qui, aujourd’hui, font l’objet du débat public sur ce qui est devenu "l’affaire Cahuzac"?», interroge Edwy Plenel, dont la lettre a bien été reçue par le parquet, qui en examine la demande.

Jérôme Cahuzac a toujours démenti détenir ou avoir détenu "un compte en Suisse ou ailleurs à l’étranger". Pourtant, le site d'investigation Mediapart a affirmé le 4 décembre que Jérôme Cahuzac avait détenu un compte bancaire caché chez UBS en Suisse, qu’il aurait clôturé en 2010 (époque à laquelle il n’était pas ministre) et dont les avoirs ont été transférés, via des montages complexes, à Singapour.


Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !