Affaire Cahuzac : les juges Le Loire et Van Ruymbeke en charge du dossier | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les juges Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke sont chargés du dossier Jérôme Cahuzac.
Les juges Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke sont chargés du dossier Jérôme Cahuzac.
©Flickr/Su morais

Suite

Affaire Cahuzac : les juges Le Loire et Van Ruymbeke en charge du dossier

Les deux pointures spécialisées dans les affaires financières sont chargés de l’enquête sur Jérôme Cahuzac.

Et les gagnants sont… les juges Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke. Les deux hommes ont en effet été nommés ce mercredi pour instruire la fameuse affaire Jérôme Cahuzac. Ce n’est pas vraiment une surprise étant donné que ces deux magistrats âgés d’une soixantaine d’années font partie des meilleurs enquêteurs de la justice financière.

Renaud Van Ruymbeke  a en effet été sur les affaires les plus importantes de ces dernières années qu’il s’agisse de dossiers liés aux paradis fiscaux, aux comptes bancaires cachés, ou encore aux circuits de fonds opaques. Il a ainsi notamment été chargé des dossiers Elf, frégates de Taïwan ou encore du volet financier de l’affaire Karachi, qu’il partageait d’ailleurs avec Roger Le Loire. C’est également lui qui s’est occupé de l’affaire Kerviel.

Pour rappel, Jérôme Cahuzac dément toujours les accusations qu’on lui prête, notamment celles d’avoir fraudé le fisc et d’avoir blanchi de l’argent via un compte en Suisse puis à Singapour.

Une affaire à toutefois posé problème au juge Renaud Van Ruymbeke. Après avoir reçu des mains du corbeau  Jean-Louis Gergorin les listings trafiqués mettant notamment en cause Nicolas Sarkozy dans le cadre de l’affaire Clearstream, il a en effet dû faire face à une longue procédure disciplinaire mais surtout à un conflit latent avec celui qui est devenu le président de la République.

Quant à Roger Le Loire, il s’est chargé de dossiers internationaux comme l’affaire des biens mal acquis. Le fait que les deux juges aient déjà travaillé sur des dossiers à portée internationale devrait les aider et notamment leur permettre d’éviter de se perdre dans les questions du secret bancaire suisse.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !