Affaire Cahuzac : 58% des Français contre la démission du ministre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le ministre du Budget est accusé d'avoir eu un compte en Suisse pour dissimuler des revenus au fisc
Le ministre du Budget est accusé d'avoir eu un compte en Suisse pour dissimuler des revenus au fisc
©Reuters

Sondage

Affaire Cahuzac : 58% des Français contre la démission du ministre

Le site Mediapart a accusé Jérôme Cahuzac d’avoir eu un compte chez UBS en Suisse avant de transférer ses actifs à Singapour, ce que dément l’intéressé.

Le ministre du Budget doit-il quitter son poste, suite aux accusations dont il fait l’objet ? Pour une majorité de Français, la réponse est non, Jérôme Cahuzac ne doit pas démissionner. Pourtant, une enquête préliminaire de police a été ouverte par le parquet de Paris pour déterminer si le ministre a détenu ou non un compte en Suisse. Le fait a été révélé par le site d’information Mediapart.

Le journal en ligne accuse le ministre d’avoir eu un compte chez UBS en Suisse afin de dissimuler des revenus au Fisc, avant de le clôturer en 2010 transférer ses actifs vers Singapour. Des informations démenties par l’intéressé. Une enquête préliminaire ne constitue pas une poursuite mais vise à déterminer si les éléments portés à la connaissance de la justice sont suffisants pour déclencher une information judiciaire ou provoquer un procès directement.

Selon l'enquête BVA, 58% des Français estiment que le ministre du Budget ne doit pas démissionner, contre 40% qui pensent au contraire qu'il doit quitter le gouvernement. Parmi les sympathisants de gauche, 78% considèrent que Jérôme Cahuzac doit conserver son poste. A droite, ils sont 40% à ne pas appeler à la démission du ministre du Budget, un soutien qui n'est pas marginal, relève l'institut de sondage.


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !