Affaire Bettencourt : Sarkozy toujours mis en examen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire Bettencourt : Sarkozy toujours mis en examen
©Reuters

Procès

Affaire Bettencourt : Sarkozy toujours mis en examen

L'instruction du juge Gentil a été validée. La chambre d'instruction de la cour d'appel de Bordeaux a validé l'expertise médicale de Liliane Bettencourt.

La Cour d'appel de Bordeaux a rejeté mardi 24 septembre l'essentiel des requêtes en nullité présentées par la défense dans le volet concernant les abus de faiblesse de l'affaire Bettencourt. Nicolas Sarkozy reste donc mis en examen. Selon l'avocat de l'une des parties civiles, Nicolas Huc-Morel, la Chambre d'instruction a notamment validé l'expertise médicale de l'héritière de L'Oréal, au cœur du dossier.

De cette expertise dépendait la validité de la plupart des douze mises en examen dans ce dossier. La vulnérabilité de Mme Bettencourt n'étant pas établie, les abus à son égard peuvent l'être. Selon les avocats des douze mis en examen dans ce volet de l'enquête, l'expertise était entachée de nullité car réalisée sous la direction de la légiste Sophie Gromb, dont la proximité est jugée trop importante avec Jean-Michel Gentil - un des trois juges en charge du dossier. Sophie Gromb figure en effet parmi les témoins de son mariage.

Les trois magistrats de la chambre de l'instruction présidée par Eric Grafmuller devaient se prononcer sur la validité de l'enquête menée par le juge Jean-Michel Gentil et ses deux collègues en charge du dossier, Cécile Ramonatxo et Valérie Noël, sur son principal volet : l'abus de faiblesse. Un volet qui repose essentiellement sur la conclusion de l'expertise médicale conduite le 7 juin 2011 au domicile de Liliane Bettencourt, à Neuilly-sur-Seine.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !