Ce qu'on sait d'Abdelhamid Abaaoud, "cerveau" présumé des attentats de Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Ce qu'on sait d'Abdelhamid Abaaoud, "cerveau" présumé des attentats de Paris
©Capture d'écran du site Standaard

Commanditaire

Ce qu'on sait d'Abdelhamid Abaaoud, "cerveau" présumé des attentats de Paris

Le nom de ce Belge, qui se trouve actuellement en Syrie, est apparu dans plusieurs enquêtes de l'antiterrorisme en France.

Il pourrait être le cerveau des attaques. Le belge Abdelhamid Abaaoud est soupçonné d'être le commanditaire des attentats qui ont frappé Paris et sa proche banlieue vendredi 13 novembre selon une source citée par l'agence de presse Reuters. Plusieurs médias français comme RTL et RMC, ainsi que des médias belges avaient diffusé une information similaire un peu plus tôt.

>> Retrouvez aussi notre dossier sur les Attaques terroristes de Paris

 

Le nom de cet homme, qui se trouve actuellement en Syrie, est apparu dans plusieurs enquêtes de l'antiterrorisme en France, notamment dans celle sur un projet d'attentat déjoué contre une salle de concert. Son implication en tant que commanditaire serait "une hypothèse privilégiée". 

 

Peu à peu, son parcours s'éclaircit. Brièvement localisé en Grèce, en janvier dernier, celui qui se fait surnommer "Abou Omar," a disparu des radars mais aurait été en lien avec plusieurs terroristes tristement célèbres. Le Monde raconte ainsi que qu'il aurait été en contact avec Mehdi Nemmouche, le tueur du Musée juif de Bruxelles, en mai 2014. En avril 2015, il aurait eu un rôle, encore déterminé, dans l'attentat déjoué de Sid Ahmed Ghlam. Tout comme en août dernier, où son nom se retrouve dans l'attaque du Thalys.

 

En quelques mois, il a rapidement grimpé dans la hiérarchie de Daesh et n'hésite pas à utiliser Facebook comme vecteur de propagande. "S’il a pu échapper aux services de sécurité", explique la RTBF après les attentats déjoués de Verviers le 16 janvier 2015, "c’est parce qu’ils le croyaient mort, une technique de plus en plus utilisée par les djihasites qui se savent surveillés. Ils se font passés pour mort au combat sur les réseaux sociaux, et réapparaissent plus tard dans la vie réelle, parfois sous une autre identité."

 

>> Plus d'informations à suivre dans notre direct des événements


 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !