Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société

Berezina

227 magasins Carrefour menacés de fermeture

2100 emplois sont menacés et tout le territoire est concerné, selon une note révélée par le Midi Libre.

La facture risque d'être très lourde. Sur les 273 magasins Carrefour menacés de fermeture d'ici l'été 2018, 227 n'ont pas encore trouvé de repreneur, selon un document confidentiel révélé par "Midi Libre" samedi.

Alexandre Bompard, arrivé à la tête du groupe Carrefour à l'été 2017, avait annoncé vouloir se séparer des ex-magasin Dia, jugés trop peu attractifs par la direction. Mais 227 d'entre eux,  des magasins Contact, Contact Marché et City, situés principalement dans le nord, l'est et le sud de la France, "n'ont pas trouvé de repreneurs et fermeront au cours de l'été" bien que des offres puissent encore être étudiées jusqu'au 4 juin, a expliqué la direction du groupe au Midi Libre. "Nous avons reçu et étudié des offres fermes de rachat, portant sur 23 sites, en cours de finalisation. Il y a également de offres de reprises sur 22 autres magasins qui sont attendues d'ici début juin", officialise, à ce stade, Carrefour. Ce qui signifie que le nombre de fermetures pourrait être encore plus élevé.

Alors que les syndicats dénoncent une politique uniquement destinée à mieux rémunérer les actionnaires du groupe, un rapport confidentiel transmis par la Directe (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi), révèle que 2.100 emplois sont menacés par ces fermetures de magasins. 

Frédéric Roux, délégué CGT du groupe Carrefour, a réagi sur Europe 1 à ces informations, dimanche, dénonçant "un énorme gâchis". "À partir de juillet, les salariés de Carrefour proximité France vont entrer dans une période de reclassement interne. Carrefour va leur proposer des postes dans le groupe. Mais pour un même poste, plusieurs salariés devront candidater. Tous les salariés ne seront pas reclassés. On peut estimer qu'ils seront 1.000 et donc licenciés, fourchette basse", a-t-il prédit.

Lu dans le Midi Libre

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !