2017 : les sympathisants UMP plébiscitent Sarkozy, mais... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
2017 : les sympathisants UMP plébiscitent Sarkozy, mais...
©

Pas de blanc-seing

2017 : les sympathisants UMP plébiscitent Sarkozy, mais...

68 % des sympathisants UMP veulent que Nicolas Sarkozy soit leur candidat en 2017, mais 73% veulent qu'il se présente d'abord à une primaire, selon un sondage CSA.

Selon le sondage de l'institut CSA* réalisé pourNice-Matin et Var-matin, Nicolas Sarkozy devance très largement ses concurrents : avec 68 % d'adhésions chez les sympathisants UMP, il écrase Alain Juppé et François Fillon (9 % chacun), et plus encore Jean-François Copé (1 %). L'actuel patron du parti est distancé par... Bruno Le Maire, ancien ministre de l'agriculture, qui recueille 2% des adhésions. 

Mais tout n'est pas si simple pour l'ancien Président : 73 % des sympathisants de l'UMP souhaitent qu'il participe à la primaire visant à désigner le candidat du parti. "C'est une épine dans le pied de Nicolas Sarkozy qui, selon des proches, aimerait s'y soustraire. Si elle se déroulait aujourd'hui, il la remporterait pourtant facilement, pouvant même humilier les autres prétendants", décrypte Yves-Marie Cann, directeur en charge de l'opinion à l'institut CSA, interrogé dans Nice-Matin.

40% des sondés disent regretter Nicolas Sarkozy - un score stable depuis 18 mois - contre 54% qui ne le regrettent pas. Nicolas Sarkozy est perçu par les sondés comme dynamique (79 %), moderne (65 %) et compétent (56 %). Ils ne sont par contre que 32% a estimé qu'il a tenu ses engagements. Pis, seulement 30 % le trouvent honnête.

Sondage réalisé du 11 au 13 février dernier auprès d'un échantillon national représentatif de 1 000 personnes âgées de 18 ans et plus.


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !