11 novembre : François Hollande hué, des heurts sur les Champs-Elysées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
11 novembre : François Hollande hué, des heurts sur les Champs-Elysées
©Reuters

Sifflets

11 novembre : François Hollande hué, des heurts sur les Champs-Elysées

70 personnes ont été interpellées à Paris en marge des commémorations, a indiqué la préfecture de police lundi midi.

"Hollande démission, dictature, ta loi on n'en veut pas !" Les cérémonies du 11 novembre n'ont pas été des plus calmes : des personnes ont hué François Hollande lorsque le cortège du président a descendu les Champs-Elysées. Des heurts ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre et 70 personnes ont été interpellées. Elles s'étaient rassemblées à l'appel "du Printemps français et de groupes d'extrême droite", a précisé la préfecture de police.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a condamné ces manifestations : "Ça suffit ! On ne peut pas mettre en cause les valeurs de la République en ce [...] jour de recueillement pour nos morts". La présidente du Front national Marine Le Pen a "désapprouvé" les violences et assuré que son parti "n'y est strictement pour rien", tout en dénonçant les arrestations "arbitraires" de militants frontistes.

Selon plusieurs journalistes sur place, des manifestants d'extrême droite côtoyaient des manifestants anti-Front national et des membres du mouvement breton anti-écotaxe.

Les cérémonies commémorant le centenaire de la Première Guerre mondiale avaient commencé vers 10h30. Le Chef de l'Etat a rendu hommage en bas des Champs-Elysée à Georges Clemenceau, chef du gouvernement lors de la signature de l'armistice, avant de remonter l'avenue pour raviver la flamme du soldat inconnu.

Lu sur le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !