"Quand on est député, on n'a pas le droit de se plaindre" estime le futur porte-parole de La République en Marche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Quand on est député, on n'a pas le droit de se plaindre" estime le futur porte-parole de La République en Marche
©

Clarification

"Quand on est député, on n'a pas le droit de se plaindre" estime le futur porte-parole de La République en Marche

Gabriel Attal deviendra le mois prochain le porte-parole du mouvement présidentiel LREM.

Gabriel Attal deviendra le mois prochain le porte-parole du mouvement présidentiel LREM à la demande de son délégué général, Christophe Castaner. Agé de 28 ans, cet ancien membre du cabinet de Marisol Touraine lorsqu’elle était ministre de la Santé à a rejoint le mouvement En Marche dès sa création en 2016. Invité ce jeudi de l’émission "Les 4 vérités" sur France 2, il a été interrogé sur les plaintes de certains députés marcheurs - notamment cette parlementaire qui se disait obligée de manger "davantage de pâtes" malgré une rémunération d'environ 5000€ mensuel.

"Il y a des choses qui ont circulé dans la presse, anonymement" a confié Gabriel Attal. "Moi je regrette qu'on puisse avoir ce type de déclaration. Je pense que quand on est député, on n'a pas le droit de se plaindre. On sait, quand on s'engage dans une élection, à quelle sauce on va être mangé. Donc on assume et on agit parce que c'est pour ça qu'on est là".

Le jeune député des Hauts-de-Seine a également donné son avis sur la polémique du vol à 350000€ dont a bénéficié le Premier ministre Edouard Philippe pour son voyage retour lors de sa visite en Nouvelle-Calédonie. "Je comprends que ça puisse surprendre et interpeller" a-t-il estimé.  "C'est une situation exceptionnelle, les choses auraient sans doute pu être organisées autrement".

Lu sur Le Lab

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !