"Qu'il s'excuse, vraiment" : Philippot demande des explications à Macron après sa phrase sur "les gens qui ne sont rien" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Qu'il s'excuse, vraiment" : Philippot  demande des explications à Macron après sa phrase sur "les gens qui ne sont rien"
©Reuters

Réactions

"Qu'il s'excuse, vraiment" : Philippot demande des explications à Macron après sa phrase sur "les gens qui ne sont rien"

Cette phrase "est révélatrice d'une pensée très dure, elle est indigne" a estimé le vice-président du Front national.

Une phrase "indigne". Jeudi 29 juin, lors de l'inauguration de la Station F, incubateur géant de start-up dans Paris, le chef de l'État a évoqué deux catégories de gens, ceux "qui ont réussi" et "les gens qui ne sont rien". Une tirade polémique, dénoncée par beaucoup, et condamnée ce lundi matin par Florian Philippot.

"Elle est révélatrice d'une pensée très dure" a estimé le vice-président du Front national, invité de Public Senat et Sud Radio. "Elle est indigne. Personne n'est rien. Ça n'existe pas. Des gens qui ne sont rien ? Quoi ? Parce qu'ils n'ont rien ? Parce qu'ils ne produisent, à un instant donné, rien ? J'ai réécouté la séquence elle est ultra-violente. C'est vraiment le banquier d'affaires qu'il n'a jamais cessé d'être qui reparle, où chaque homme et femme n'est qu'une valeur marchande, n'est qu'une marchandise.

Et de poursuivre : "Qu'il s'excuse, vraiment. Qu'il s'excuse. Qu'il s'explique et qu'il s'excuse parce que c'est absolument terrifiant d'imaginer qu'on a ce genre de personnage à la tête de l'État".

Par ailleurs, Florian Philippot a réagi à la possibilité de l'instauration d'une dose de proportionnelle, comme annoncée par le gouvernement.  "Si ça ne concerne que 100 députés", comme évoqué par le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy, "c'est peu. Ca serait vraiment une dose, voire une dosette. Il a toutefois estimé que "c'est mieux que rien". "Je ne vais pas cracher dessus. C'est mieux que rien. Mais ça ne représente pas l'aspiration démocratique à laquelle ont droit les Français".

Lu sur Le Lab'

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !