"Macron, c'est le candidat des médias" assure Arnaud Montebourg | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Macron, c'est le candidat des médias" assure Arnaud Montebourg
©Reuters

Les réactions de la matinée

"Macron, c'est le candidat des médias" assure Arnaud Montebourg

La candidature de l'ancien ministre a été au cœur de toutes les réactions, à droite comme à gauche.

Arnaud Montebourg : "Macron, c'est le candidat des médias, il a fait sa 75ème une de magazine sans faire une proposition" affirme le candidat à la primaire de la gauche, sur France 2. "Les propositions que je formule sur le terrain provoquent l'engouement populaire (...), seule la presse régionale s'intéresse à ma candidature. Pas la presse nationale." Et l'ex-ministre ne mâche pas ses mots contre son ancien collègue. "J'ignore qui est Emmanuel Macron, quelles sont ses orientations (...). Pour moi il est un peu comme M. X (...). Il a une équipe de campagne très étoffée, la quasi-totalité des magazines, beaucoup d'organes de presse."

Laurent Wauquiez : Pour le président des Républicains, interrogé sur Europe 1, Emmanuel Macron est "quelqu'un qui est l'incarnation de l'élite mondialisée, qui expliquait à une ouvrière qui perdait son emploi que c'est parce qu'elle était illettrée".

Bruno Le Maire : La candidature de Macron "change la donne, à gauche comme à droite" affirme Bruno Le Maire sur BFMTV. "Si nous avons partout du renouvellement - à gauche avec Emmanuel Macron, chez les écologistes avec Yannick Jadot, au Front national avec Marine Le Pen, et que le seul parti qui ne se renouvelle pas, c'est le nôtre, alors c'est un danger. Nous prenons un risque à ne pas nous renouveler et à ne pas prendre en compte ce qui se passe en France et dans le monde".

Florian Philippot : "Quel est l'intérêt de la candidature d'Emmanuel Macron ?" s'interroge le vice-président du FN sur Radio Classique. "Son créneau européiste, néolibéral, immigrationniste est déjà saturé à droite et à gauche."

A LIRE AUSSI - Emmanuel Macron : l’étrange pari du bonapartisme participatif

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !