"Jihadi John" : en 2009, le bourreau de l'Etat islamique condamnait "toute forme d'extrémisme" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Jihadi John avant une exécution
Jihadi John avant une exécution
©Reuters

Vers le pire

"Jihadi John" : en 2009, le bourreau de l'Etat islamique condamnait "toute forme d'extrémisme"

Selon un enregistrement audio rendu public ce mardi, Mohammed Emwazi avait notamment critiqué les auteurs des attentats du 11 septembre aux Etats-Unis.

Il y a quelques semaines, Mohammed Emwazi a été identifié comme étant "Jihadi John", un homme sans vergogne, véritable bourreau de l'État islamique. Le djihadiste apparaît à chaque décapitation d'otage. Mais selon un enregistrement audio rendu public ce mardi, Mohammed Emwazi n'a pas toujours été un extrémiste ayant notamment critiqué les auteurs des attentats du 11 septembre aux Etats-Unis.

Mais Cage, une organisation de défense des droits des musulmans, explique aussi comment le jeune homme s'est radicalisé. Né au Koweit mais ayant étudié à Londres, il aurait fait l'objet d'un ardent harcèlement de la part du service de renseignements intérieurs britannique, le MI5. Selon des documents de l'organisation, c'est ainsi qu'il aurait basculé. Enregistrement audio à l'appui, l'organisation prétend que Emwazi a parlé en 2009 avec un homme, identifié par le quotidien Guardian comme un agent secret britannique.

L'agent secret n'aurait pas cru le jeune homme quand il disait que les attentats du 11 septembre étaient "mal". De même, sur les attentats de Londres du 7 juillet 2005, il disait : "Des innocents sont morts. Qu'est-ce que vous croyez ? Je pense que c'est de l'extrémisme". Mais l'agent secret aurait poursuivi son harcèlement et l'accuse de vouloir se rendre en Somalie pour suivre un entraînement djihadiste. Côté MI5, on estime que Mohammed Emwazi est parti faire le djihad sans y avoir été poussé. L'organisation Cage a d'ailleurs été vivement critiquée au Royaume-Uni.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !